FONDS AU PROFIT DES VICTIMES – Atelier d’orientation pour les associations partenaires de la Cour Pénale Internationale.


 

Du 9 au 11 février 2012, un certain nombre d’organisations non gouvernementales – partenaires du bureau de coordination de la CPI (Cour pénale internationale), en Centrafrique ont pris part à un atelier d’information.

L’objectif de cet atelier, c’est de mettre à la disposition des associations participantes  les informations nécessaires  et autres outils adéquats pour le développement d’une proposition de projet de qualité.

Au cours de cet atelier d’orientation, plusieurs thématiques ont été discutées : La Cour pénale internationale : mandat, mission, vision et valeur ; le Fonds au profit des victimes : mandat, mission, vision et valeur ; les crimes internationaux selon le statut de Rome ; la justice transitionnelle ; l’intégration de la dimension genre et violence basée sur le genre ; la gestion axée sur les résultats, cadre logique, suivi et évaluation, apprentissage et reporting, la budgétisation et gestion financière.

Sur 19 associations ayant soumissionné à l’appel à manifestation, 9 ont été présélectionnées par le Fonds au Profit des Victimes (FPV) et le comité de revue des marchés de la CPI après revue technique. Elles sont donc bénéficiaires de  cet atelier d’orientation qui leur a fourni les outils et informations nécessaires pour le développement d’une proposition de projet de qualité. Atelier qui a familiarisé les associations retenues à la mise en œuvre des projets ou encore mieux les interventions en matière de réhabilitations physiques, psychologiques et l’assistance matérielle ciblant les survivants des violences sexuelles des crimes internationaux commis sur le territoire centrafricain.

Au nombre des associations retenues pour cet atelier d’orientation, figure les groupements comme : ADICAR – Centre d’appui au développement intégré de Centrafrique, le NDA – Association Agropastorale, le CIAF- Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la sznté des femmes et des enfants, Mercy Corps Scotland avec OCAPIF et OPSA, RADI-RCA – Réseau Africain pour le Développement Intégré en République Centrafricaine, l’AFEB – Association des Femmes Evangéliques de Bossangoa, le Canal de bonne volonté, DRC – Danish Refugiee Council avec FADEC et READ – Réseau des Elevo-Artisans pour le Développement.

Pour mémoire, durant plus d’une décennie, la République Centrafricaine a été le théâtre de graves violations des droits humains. Des crimes internationaux y ont été commis par les hommes du chef rebelle congolais Jean Pierre Bemba, dont le procès est en cours depuis environs quatre ans à la Cour pénale internationale.

Procès qui devra à terme déterminé les différentes responsabilités aux fins d’une indemnisation des victimes des crimes qui y ont été commis.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*