PROJET: INTRODUCTION DE L’AGRICULTURE HORS-SOL AXÉE SUR LES PLANTES MÉDICINALES ET A HAUTES VALEURS NUTRITIVES


Comme : compléments alimentaires et sources d’activités génératrices de revenus dans les camps de réfugiés de Minawao et Timangolo

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Au Cameroun, du fait de l’insécurité causée par les menaces terroristes Boko-Haram et les guerres dans les pays limitrophes notamment la Centrafrique et le Nigéria, on observe un flux de réfugiés  et des déplacés internes donnant lieu à d’importantes crises humanitaires et sécuritaires. Face à cette situation dramatique, le Gouvernement du Cameroun, les ONG internationales (UNHCR, Médecin Sans Frontière, Plan Cameroun…), les associations ne sont pas restées insensibles. Les réponses humanitaires sont multiples à  l’exemple de l’UNHCR qui contribue à la protection des réfugiés et à la recherche des solutions durables à leurs problèmes (parvenir au bien-être social et économique des réfugiés dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua et de l’Extrême- nord du Cameroun). Elles passent par la protection et l’assistance multisectorielle ; les réponses multisectoriels pour les refugiés et les réponses multisectorielles d’urgence pour les déplacés internes. Il devient donc urgent d’accorder une attention particulière à ces populations victimes de terreurs et de traumatisme et vivant dans des espaces confinés.  La réinsertion sociale de celles-ci passe par leur sécurité alimentaire, la mise en place des activités pourvoyeuses de richesse et leur autonomisation.

Dans les camps des refugies la plupart d’interventions sont souvent orientées vers les questions ponctuelles liées aux urgences notamment : l’approvisionnent en eau, la fourniture des denrées alimentaires, l’amélioration des conditions d’hygiène et sanitaires pour ne citer que ceux-ci. Mais peu d’interventions s’occupent des problèmes d’autonomisation de ces refugies pour qu’ils puissent se prendre en charge eux- mêmes soit en s’en approvisionnant des suppléments alimentaires dont ils ont besoin, soit en trouvant une activité génératrice de revenus durables qui peut leur permettre de s’affranchir des âmes de bonne volonté. Dans son rapport 2016 Unocha explique que « dans le domaine de la santé, l’accès des refugiés aux soins de santé de base est limité en raison de l’insuffisance de médicaments essentiels dans les structures de santé environnantes». Pourtant certaines plantes médicinales peuvent jouer le relais dans les  camps.  De même l’ONG CARE souligne que «l’insécurité alimentaire et la malnutrition font rage dans les camps des refugies de l’Extrême-Nord  et de l’EST malgré les efforts consentis et la bonne volonté de tous.

Le présent projet vise à introduire  la pratique d’agriculture hors-sol axée sur les plantes médicinales et à hautes valeurs nutritives dans les camps de TIMANGOLO, GADO BADZERE à  l’Est et MINAWAO à l’Extrême Nord Cameroun comme sources génératrice de revenus durable et complément alimentaire. En effet, cette agriculture répond au cadre abritant les réfugiés et les déplacées pour les raisons ci-après :

La terre n’étant pas acquise aux réfugiés et déplacées sur les sites d’accueil, l’agriculture hors-sol se pratique sur :

  • des faibles espaces à l’aide de  l’utilisation des bacs à double fond ;
  • elle permet l’économie de l’eau et d’engrais minéraux ;
  • elle permet l’obtention des produits de meilleure qualité ;
  • elle réduit l’oisiveté et le stress des réfugiés dans les camps
  • elle contribue au déficit d’approvisionnement des compléments nutritionnels et améliore les revenus de la famille;
  • elle favorise la cohésion sociale entre les refugiés et les populations autochtones
  • elle favorise l’amélioration des revenus des femmes dans les camps de refugiés

 

OBJECTIF

L’objectif de ce projet est d’autonomiser les refugies de camps en leur montrant comment ils peuvent s’auto-approvisionner en compléments alimentaires tout en créant une activité génératrice de revenus durables à base des plantes  médicinales et à hautes valeurs nutritives comme Moringa oliféra, Aloés véra, citronnelle et bien d’autres.

 

ACTIVITES PREVUES

A1 : Former les réfugiés à la pratique de l’agriculture dans des bacs à double-fonds ;

A2 : Initier les réfugiés à la culture des plantes médicinales et à hautes valeurs nutritives comme Moringa oliféra, Aloés véra, citronnelle et bien d’autres dans les bacs à double-fond ;

Développer un système de fertilisation organique des cultures basé sur le compostage des biodéchets du camp

A3 : Apprendre aux réfugiés la fabrication des insecticides biologiques et les étapes de leur utilisation pour  l’entretien des cultures ;

A4 : Créer des pools de production des différentes spéculations alimentaires par groupe de réfugiés dans les camps.

A5 : Former les réfugiés à la conservation, à la transformation et au conditionnement des produits de récolte en composés hautement nutritives

A6 : Développer un réseau de commercialisation des composées nutritives dans et hors des camps pour générer les revenus aux producteurs et les autonomiser

 

BUDGET PREVISIONNEL PROJET 2

 

INTITULES MONTANT dollars US
1. A1 : FORMATION EN LOGISTIQUE
2. A2 : FORMATION EN AGRICULTURE
3. A3 : FORMATION EN FABRICATION DES INSECTICIDES
4. A4 : MISE ENE PLACEDES UNITES DE PRODUCTION
5. A5 : FORUNITURE DES INTRANTS AGRICOLES
6. A6 :
7. A7 :

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*