Formation professionnelle des jeunes talibés, une priorité


 

 

Ecoles coraniques, perspective d’avenir limité en termes d’insertion professionnelle

Les parents démissionnaires ont donné un trop grand pouvoir au Maitre coranique qui en abuse. Les pensionnaires ont un encadrement qui n’est pas de nature à leur permettre de bénéficier valablement des conditions d’insertion sociale et professionnelle post-formation.  Les parents ayant abandonné l’éducation de leurs enfants entre les mains des gourou-maitres coraniques qui exercent un droit de vie ou de mort sur leurs pensionnaires.

Dans la catégorie des élèves externes, on retrouve des jeunes filles à peine sorties de l’enfance. L’influence du Maitre coranique est d’une telle importance qu’il peut disposer de l’avenir de ces enfants sans requérir l’avis de leurs parents. Dans ce contexte, il est conduit à les envoyer précocement en mariage. Le Maitre coranique est celui qui décide de l’avenir des enfants confiés à sa garde. La durée des études n’étant pas définie au départ, ils demeurent chez le marabout pendant plusieurs années. Leur effectif très pléthorique ne permet pas au Maitre d’avoir un contrôle sur eux ni un réel suivi de leur formation.  A un moment donné, ils échappent au contrôle du Maitre et deviennent alors une proie facile pour tous les prédateurs, d’où l’influence sans cesse grandissante des mariages précoces et forcés, de la grande criminalité et des attentats dans la Région de l’Extrême-Nord malgré les actions gouvernementales.

Conséquences : les jeunes talibés n’ont aucune formation professionnelle. On les rencontre dans les marchés cirant les chaussures, devant les bâtiments administratifs : ils sont devenus mendiants, pickpockets et grands consommateurs de chanvre local, chanvre indien, colle forte… Le phénomène des mariages forcés et précoces  est aussi en recrudescence dans la région. Il s’agit de sensibiliser les parents sur l’importance de l’éducation de la jeune fille et de former les jeunes aux petits métiers afin de les rendre autonomes.

FADEC ‘activement à la recherche des moyens financiers, logistiques et humains afin de pouvoir offrir un avenir à ces jeunes défavorisés.

Nous lançons un appel aux âme charitables

DOUME YVETTE

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*