Visite de travail du Chef de projet


DSCN0917 [800x600]DSCN0918 [800x600]

L’an deux mille seize et le 11 Avril, s’est tenue dans le Bureau UNHCR – FADEC Douala du Projet de Protection Légale des réfugiés Urbains de Yaoundé et Douala, une séance de travail dont l’objet était de s’enquérir sur  l’état d’avancement des dossiers traités par le Bureau de Douala depuis  la signature de la convention en septembre 2015 jusqu’à nos jours.

Y étaient présents, outre Madame le Chef de Projet, madame BANLOG Yvette, venue du siège à Yaoundé, tout le staff du Bureau UNHCR FADEC de Douala.

La séance a débuté à 10H20 mn par le propos liminaire de M le Chef de Bureau de Douala qui, après avoir souhaité la bienvenue au CP, a présenté les objectifs spécifiques de cette rencontre qui tournait essentiellement autour de l’évaluation de l’état d’avancement de tous les dossiers (Avocat, Monitoring des prisons, sessions foraines, etc.) traités par la clinique juridique de Douala et la méthode de travail adoptée était l’étude au cas par cas.

  • ANALYSE AU CAS PAR CAS DES DOSSIERS TRAITES PAR LA CAJ

Madame le Chef de Projet a pris la parole et à travers une série de questions adressée au Responsable de la Clinique, s’est dans un premier temps penchée  sur l’état d’avancement des dossiers traités par l’Avocat. Ainsi, a-t- elle demandé que soit mis à sa disposition,  les dossiers transmis par le HCR à FADEC et traités par ce dernier avant la signature de la convention. Elle a ainsi demandé à Mme NDENGUE de s’investir beaucoup plus dans la Clinique et à M BELA pour une relance auprès de l’Avocat.

Après ces dossiers traités par l’Avocat, elle s’est penchée en second lieu sur les deux sessions foraines organisées par le Bureau en 2015. Cette fois ci encore, Madame le CP a profité pour donner des éclaircissements sur le but des sessions foraines et l’opportunité de leur mise en œuvre.

Abordant le monitoring des prisons, elle a jugé que les actions menées sont assez satisfaisantes. Elle a demandé à l’Assistante Sociale, Mme NDENGUE de se rapprocher un peu plus de sa collègue de Yaoundé pour partager les expériences et capitaliser les acquis.

De manière générale, Madame le CP a demandé que soit accélérer la prise de contact avec la DST et la Commissions de Droits de l’Homme et des Libertés pour les cas qui semblent très délicats à conduire ; de recenser tous les cas de SGBV et voir leur état d’avancement ; de concevoir une cartographie des commissariats et Brigades de gendarmerie de la ville en prélude à l’opération de charme qui y sera menée et enfin de préparer un rapport sur la situation toujours préoccupante de NEWTON Aéroport.

La séance de travail a pris fin autour de 12h40 min sur un satisfecit général et surtout sur l’engagement pris de la part du staff de combler les manquements observées et de rester en ordre de bataille pour atteindre les objectifs attendus du projet.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*